Alicia L. 14/02/2022

2/2 Amoureuse sur Call of Duty

tags :

Elisa pensait avoir trouvé l’amour sur Insta quand sa meilleure amie lui a présenté un certain Dylan. Mais elle s’est vite rendu compte qu’il n’était pas aussi fiable qu’il en avait l’air. Pour Alicia, les relations virtuelles, ça peut devenir sérieux. Elle a rencontré Nadim sur Call of Duty et, depuis, ils s'aiment à distance.

Le 10 janvier 2018, je m’en souviendrai toute ma vie : c’est le jour où j’ai rencontré Nadim. Il habite à Bastia, en Corse. Alors, comment je l’ai rencontré ? En jouant à un jeu vidéo qui s’appelle Call of Duty. Ce n’est pas vraiment le premier endroit auquel on pense pour rencontrer un garçon, puisque l’objectif est de survivre après avoir tué un maximum d’adversaires.

On a joué une première partie, on a bien accroché puis on a échangé nos Snaps pour pouvoir rejouer plus tard. Au fil des parties et des heures passées ensemble, il a réussi à percer ma coquille. Nadim est arrivé dans ma vie à un moment où je n’étais pas très sociable, où je n’étais pas très bien psychologiquement.

Il m’a montré que je pouvais avoir confiance en lui. J’ai pu sortir de ma phase sombre. On habite à des kilomètres l’un de l’autre et, pourtant, on passait de plus en plus de temps à discuter, à se faire des visios. Nadim a la peau un peu bronzée, il est grand, il a les yeux marrons et les cheveux courts bruns avec des boucles.

Presque deux ans pour se mettre ensemble

On devenait de plus en plus proches. On s’est rendu compte qu’on avait beaucoup de délires et de points communs : les jeux vidéo comme Call of Duty ou Fifa, les animés comme Naruto, Fairy Tail et plein d’autres… Un jour, il a fini par m’avouer : « Alicia, j’ai des sentiments pour toi. » Je lui ai répondu que même si c’était réciproque, je ne voulais pas sortir avec lui parce que j’avais peur de l’amour. J’avais eu une mauvaise expérience avec un autre garçon : il m’avait fait croire qu’il m’aimait alors qu’il me trompait.

On est tout de même restés amis. Nadim me disait tout, et moi aussi. Cela nous a encore plus rapprochés, on se parlait sur Call of Duty et on s’appelait tous les jours. J’ai été obligée de l’admettre : j’étais tombée amoureuse de ce garçon. Le 21 décembre 2019, je lui ai enfin avoué mes sentiments et on s’est mis en couple.

Malheureusement, quelques mois plus tard, on a dû se séparer car sa famille n’était pas favorable à cette relation à distance. Ça leur a valu beaucoup de disputes. De mon côté, mes parents ne me prenaient pas au sérieux et ne considéraient pas cette relation comme tenable, car elle est virtuelle. Pour eux, à distance, ça ne pouvait pas marcher. On était tristes de se quitter. Malgré tout, on a continué à se parler même si sa mère n’était pas d’accord. Deux mois plus tard, on s’est remis ensemble car j’ai pu discuter avec sa mère, et j’ai réussi à la convaincre qu’on était sincères.

Ça reste virtuel mais c’est du sérieux

Vivre une relation amoureuse à distance, c’est très compliqué car tu ne sais pas toujours ce que fait l’autre. Quand il ne répond pas à tes appels, tu te poses plein de questions. Des fois, ça te casse le moral de ne pas avoir la personne que tu aimes à tes côtés, de ne pas pouvoir la serrer dans tes bras, de ne pas pouvoir lui faire des câlins. Et puis, on ne s’est encore jamais vus en vrai. On s’appelle, on fait des visios tous les jours. Ça reste virtuel mais ça ne veut pas dire que ça n’est pas sérieux ! On ne peut pas se voir car financièrement ça ne va pas trop, ni pour lui, ni pour moi. Je n’ose pas demander à mes parents de me prêter de l’argent, vu qu’ils ne prennent pas au sérieux cette relation.

Avec Nadim, notre relation dure toujours à l’heure actuelle. Je suis heureuse grâce à lui. Il a réussi à me redonner confiance en les gens. Il m’a aussi aidée à aimer mon corps et à l’accepter. Ça fait deux ans qu’on est ensemble. Je me projette avec lui. En attendant de pouvoir se voir en vrai, on ne se lâche pas (virtuellement parlant). On a le projet de vivre ensemble dans deux ans lorsqu’il viendra continuer ses études de commerce dans le Nord. Et sinon, on continue de jouer à Call of Duty. On est tous les deux forts, même s’il tue un peu plus de personnages que moi !

Alicia, 16 ans, lycéenne, Fort-Mardyck

Crédit photo Pexels // CC Cottonbro

 

Les relations virtuelles, c’est réel

Avant Snap, le minitel rose

Se rencontrer sur internet pour partager une relation sexuelle ou amoureuse, cela ne date pas d’hier. Michel Polnareff chantait son amour pour Marylou et le minitel rose en 1990. Cinq ans avant, le journal Le Monde s’étonnait de ce « mélange ambigu (excitant !) d’un vrai désir de communication, de langage de séduction (…), et de projets très nets. »

Le risque d’être pris·e au piège

Un catfish, c’est lorsqu’une personne séduit sur les réseaux sociaux en se faisant passer pour quelqu’un·e d’autre. Une forme d’arnaque aux sentiments décrite par la chaîne MTV dans son émission consacrée au sujet.

Être ghosté, une expérience « normale » ?

Qui dit relation virtuelle dit échange de messages, et parfois ghosting. Dans la série documentaire Fantômes, Jérémy Bulté part à la recherche d’Asma, la ghosteuse d’Anthony, et tente de comprendre comment l’ignorance pure et simple est devenue une étape dans les relations entre jeunes.

 

Partager

Commenter