Elisa H. 14/02/2022

1/2 Catfishée sur Insta

tags :

Elisa pensait avoir trouvé l’amour sur Insta quand sa meilleure amie lui a présenté un certain Dylan. Mais elle s’est vite rendu compte qu’il n’était pas aussi fiable qu’il en avait l’air. Pour Alicia, les relations virtuelles, ça peut devenir sérieux. Elle a rencontré Nadim sur Call of Duty et, depuis, ils s'aiment à distance.

Un jour, sur un groupe Instagram, ma pote Dounia me présente son meilleur ami : Dylan. Je le trouve très beau, je commence à parler avec lui et, au fil du temps, je m’attache. On devient meilleurs amis.

Le compte Insta de Dylan est vide. Il n’y a pas de photos mais, de temps en temps, il met des photos de lui en stories. Pour moi, rien d’anormal : c’est le genre de mec qui n’aime pas se montrer sur les réseaux.

Deux mois plus tard, il me dit qu’il aimerait qu’on soit plus qu’amis. Moi, naïve comme je suis, j’accepte de sortir avec lui sans même l’avoir vu en vrai, sans jamais avoir été en appel avec lui. Je n’ai pas son numéro de téléphone ni son Snap, rien, seulement son Insta.

Premières embrouilles

Un mois après, j’apprends qu’il a couché avec une autre fille. Il me l’a clairement dit, puis Dounia derrière en rajoute une couche en confirmant cette tromperie. Moi, toujours très naïve, je pardonne à Dylan et tout continue. Cette scène se reproduira trois fois avant que je décide de mettre un terme à la relation.

Après l’avoir quitté, il continue à me parler et me dit qu’il est désolé. Il me supplie de lui pardonner. Moi, je l’aime, donc je continue à être proche de lui et à lui parler sur les réseaux. Puis, un jour, il met une vidéo de lui dans sa story, une vidéo qui provient de Snap et où on voit le Snapcode (qui permet de retrouver l’utilisateur en le scannant). Étant donné qu’il m’avait toujours dit qu’il n’avait pas Snap, je décide de le scanner. Là, je vois que le nom d’utilisateur est « Ryan », un mec qui apparemment vit à Paris et que Dounia connait.

Dylan, c’était Dounia

Alors, j’ai vite fait le lien. Dylan, c’était Dounia, la fille qui prétendait être ma meilleure amie, ma sœur et j’en passe. Elle avait utilisé l’identité et les photos de ce Ryan pour se faire passer pour « Dylan », qui donc n’existait pas. J’ai compris que c’était elle qui se cachait derrière tout ça car il y avait plein de preuves.

Déjà, le numéro relié au compte de Dylan finissait par les mêmes chiffres que celui de Dounia. Ensuite, quand ils me parlaient sur les réseaux, ce n’était jamais en même temps. On voit sur Insta quand les gens sont en train de parler et eux ce n’était jamais en même temps, c’était soit l’un soit l’autre.

Dounia me prévenait aussi quand elle était censée le voir dans la vraie vie. Plusieurs fois, je lui ai dit « bah vas y envoie-moi des photos de lui », et elle me disait qu’elle ne pouvait pas. D’autres fois, quand elle m’envoyait des captures d’écran de son propre téléphone pour me montrer des trucs, comme par hasard quand Dylan faisait pareil on voyait que c’était exactement le même téléphone, genre les applis étaient organisées pareil. Elle changeait quand même le fond d’écran ! Et quand Dylan se connectait à mon compte Snap (il avait les codes), je mettais exprès la localisation pour pouvoir voir où il était : et ça le localisait chez Dounia.

Catfishée sur Insta, j’ai arrêté de lui parler

Je ne faisais pas ça au tout début, je ne pistais pas, mais quand j’ai commencé à avoir des doutes j’ai fait ça. Des amis me disaient : « Non mais c’est sûr il existe pas. » Le jour où j’ai tout découvert, j’ai posé des questions à Dylan. Il n’a plus répondu, son compte a été supprimé. Du coup, j’ai confronté Dounia, qui a fini par me dire : « Dylan, il existe pas. » Je lui ai demandé si c’était elle qui gérait le faux compte, et elle a nié. Après, j’ai arrêté de parler avec elle.

Sauf que, du coup, elle revient tout le temps pour essayer de me parler. Genre, ce matin, elle m’a encore ajouté sur Snap et m’a envoyé un message qui ne voulait rien dire, genre une seule lettre, pour que je réponde.

De Dylan, je n’ai plus jamais eu de nouvelles.

Elisa, 16 ans, lycéenne, Nancy

Crédit photo Unsplash // CC Clint Patterson

 

Les relations virtuelles, c’est réel

Avant Snap, le minitel rose

Se rencontrer sur internet pour partager une relation sexuelle ou amoureuse, cela ne date pas d’hier. Michel Polnareff chantait son amour pour Marylou et le minitel rose en 1990. Cinq ans avant, le journal Le Monde s’étonnait de ce « mélange ambigu (excitant !) d’un vrai désir de communication, de langage de séduction (…), et de projets très nets. »

Le risque d’être pris·e au piège

Un catfish, c’est lorsqu’une personne séduit sur les réseaux sociaux en se faisant passer pour quelqu’un·e d’autre. Une forme d’arnaque aux sentiments décrite par la chaîne MTV dans son émission consacrée au sujet.

Être ghosté, une expérience « normale » ?

Qui dit relation virtuelle dit échange de messages, et parfois ghosting. Dans la série documentaire Fantômes, Jérémy Bulté part à la recherche d’Asma, la ghosteuse d’Anthony, et tente de comprendre comment l’ignorance pure et simple est devenue une étape dans les relations entre jeunes.

 

Partager

Commenter