Isidore P. 19/07/2021

Je suis un geek, pas juste un gamer

tags :

Isidore à 14 ans et est déjà très à l'aise en informatique. Il se considère comme un geek, mais pas comme le pense l'imaginaire collectif.

Je connais par cœur le nombre de téraflops dans les cartes graphiques RDNA 2 des consoles next-gen. Je peux donner le prix de presque n’importe quel composant informatique actuel sur le marché. En fait, à 14 ans, je suis un geek.

Dans l’imaginaire collectif, beaucoup pensent qu’être geek est synonyme de solitude et d’addiction aux jeux vidéo. C’est partiellement faux. Je suis passionné par l’informatique et les nouvelles technologies. La plupart des geeks jouent aux jeux vidéo, mais ce n’est pas directement lié. On peut être un geek sans jamais jouer. Bon… comme une grande partie, je joue.

On me considère aussi comme tel car j’ai des connaissances particulières dans le monde de l’informatique. Pas des compétences classiques que tout le monde pourrait avoir. Je connais la valeur et la qualité des produits. J’ai également une vaste connaissance sur les logiciels. Le software, le hardware et les jeux vidéo sont des domaines bien maîtrisés [le software est la partie modifiable de l’ordinateur, les logiciels par exemple, et le hardware la partie matérielle non-modifiable, ndlr]. Avoir une certaine aisance avec l’informatique me permet de vivre plus facilement. Notre époque est en plein dans les nouveautés technologiques et beaucoup de gens sont dépassés, ça me permet donc de les aider.

Je suis à l’aise avec presque tout car presque tout est informatique

Pendant le premier confinement, j’ai su faire mes preuves en technologie en programmation Scratch [un certain langage de programmation, ndlr] avec un logiciel de calcul. Suite à ce cours, le professeur nous a demandé de créer un jeu de plateforme sans aucun document ou modèle pour nous aider. Après mon « exploit », pourtant simple, j’ai reçu un premier message d’un ami de troisième pour l’aider à faire le travail. Je n’étais pas surpris et ça ne me dérangeait pas de l’aider, même si, en réalité, il voulait juste copier… Résultat des courses : une douzaine de copies envoyées au professeur qui s’est rendu compte de la supercherie. Mais aucun ne m’a dénoncé. Les gens ont compris que j’étais un geek.

La série « Stalk » sur France.tv Slash suit la vie d’un jeune étudiant dans l’une des plus prestigieuses écoles d’informatique de France. La série tourne autour de la question des dangers et du pouvoir du monde numérique.

Je suis à l’aise avec presque tout car presque tout est informatique de nos jours. Vers mes 9 ans, je découvrais Minecraft, qui se joue sur ordinateur. Peut-être la période la plus joyeuse de ma vie car je découvrais beaucoup de nouvelles choses qui me semblaient super stylées et super cool. J’étais super hype à chaque fois que je pouvais jouer. Mais plus j’ai grandi, plus mes besoins et mes envies ont changé.

Avec l’âge, j’ai préféré des jeux plus poussés, plus réalistes. Des RPG, AAA. RPG pour role playing game, donc un jeu de rôle, et triple A c’est un jeu à gros budget de développement. On y incarne un personnage principal, comme un film où on dirigerait à peu près l’histoire. Le problème de ce genre de jeux, en plus de coûter cher, est qu’il faut une machine assez puissante pour les faire tourner. J’ai donc commencé ma petite enquête pour savoir où en trouver une. C’est comme ça que je me suis intéressé à ce grand monde de l’informatique.

Le prophète de l’ordinateur du collège

Aujourd’hui, je fais une école d’informatique et des petits jeux dans différents langages. C’est peut-être à cause de moi que beaucoup d’amis ont acheté un PC. Et leur premier réflexe a été de venir me voir pour des conseils. Comme j’aime beaucoup aider les gens, c’était plutôt cool ! J’ai peut-être été le prophète de l’ordinateur du collège… Ça m’a aussi permis d’augmenter mes connaissances, de rester actualisé sur le marché informatique, et de sociabiliser avec beaucoup de gens.

Ouaïs rêve d’une vie 100 % virtuelle. Derrière son PC, il se sent sociable, compétent… « parfait ». Une confiance en lui qu’il n’a pas dans le reste de ses activités.

En parallèle, ça ne m’empêche pas d’avoir d’autres passions sans rapport : la géopolitique, l’aéronautique, le spatial, le domaine militaire, la politique, la science en général… Être geek, ce n’est pas juste aimer un jeu ou porter des lunettes. C’est être passionné et avoir des compétences. Alors si vous pensez être un geek en jouant à Panik…

 

Isidore, 14 ans, collégien, Neuilly-sur-Seine

Crédit photo Unsplash // Max Duzij

Partager

Commenter