Benoit R. 28/09/2022

La vengeance du gros

tags :

Benoit a passé ses années de collège à subir les moqueries et les violences des autres. Alors, un jour, il a décidé de se venger.

« Gros lard », « Ducobu » : ce sont les surnoms qu’on me donnait au collège. Ducobu, c’est le nom du gros dans une BD. Toute mon enfance à Mayotte, j’ai subi le harcèlement de filles et de garçons. C’était toujours à propos mon physique. Car j’étais très gros.

Moqueries et violences

En classe, on se moquait tout le temps de moi. Dès qu’on m’appelait au tableau, je n’osais pas y aller à cause des moqueries. Pendant les cours d’éducation sportive, je n’osais pas entrer dans les vestiaires. Quand il y avait des sorties à la plage, je n’osais pas enlever mon t-shirt. Ils disaient : « Téma le gros, avec son gros ventre là… Il va se noyer avec son gros corps. »

J’étais triste, je gardais tout ça pour moi, je n’en parlais à personne car je n’avais pas le courage. Je me sentais rabaissé par tout le monde et je n’osais pas répliquer, par peur des violences. Peu à peu, je suis devenu timide. Je ne pouvais plus sortir de chez moi, car j’avais peur de croiser ce groupe de harceleurs.

Un régime, et les rôles s’inversent

Avant d’arriver en seconde, je me suis dit : « J’en peux plus, je suis fatigué, faut que ça change. Et je vais me venger. » De là, j’ai commencé à faire un maxi régime. Je pratiquais presque tous les sports : boxe, rugby, volley-ball, football, course de pneus, athlétisme… En trois mois et demi, j’ai perdu beaucoup de poids.

Nouveau corps, nouvelle vie : je prends confiance en moi, je sors dehors torse nu, je me sens à l’aise, donc je parle avec de plus en plus de gens, et je commence à avoir la cote avec les filles. Et puis, je commence à harceler les personnes qui m’ont harcelé. Pourquoi je ne l’aurais pas fait ? Au collège, ils m’ont niqué ma vie.

Je leur fais la misère

Lorsque je les retrouve au lycée, j’ai donc un nouveau corps et j’ai solidifié mon mental. Dans le bus qu’on prend tous les jours, je les clashe, tout le monde rigole et ça leur met la haine. À midi, je leur rackette leur goûter à la cantine. Un jour, en EPS, je tape un mec en lui envoyant le ballon dans le visage. Et là, il me dit, en pleurs : « Mais t’es malade ou quoi imbécile ?! » Moi, je réponds en rigolant. Normal.

Quand je commence à clasher une personne, je ne la lâche pas. Je veux les mettre KO, direct, les détruire. Je veux qu’ils ressentent la même douleur que celle que j’ai ressentie au collège. Filles et garçons, même panier. Et ça marche. Quand je rentre chez moi, à chaque fois, je me regarde dans la glace et je me dis : « Je suis le maître. Maintenant, je contrôle le jeu. »

Le harcèlement c’est la honte

J’ai arrêté de les harceler à 19 ans, quand j’ai quitté Mayotte pour poursuivre mes études à Marseille, en terminale. Je n’avais personne à harceler ici, car personne ne m’avait fait du mal. Quand je vois le Benoit d’avant, je me dis que j’ai honte d’avoir été une victime, de n’avoir parlé à personne de ce harcèlement, mais que je suis aussi fier d’avoir été harceleur, car je me suis vengé. Ils ont niqué ma vie. Je sais aussi que des gens se font harceler et ont envie de se suicider alors que moi, j’ai réussi à m’en sortir. J’ai même eu mon bac alors que l’une de mes harceleuses l’a loupé. Pour moi, tout ça, c’est une revanche de la vie.

Au collège, Ninon a vite rejoint la case « intello ». Si ses harceleurs l’ont fait souffrir, elle regrette aussi l’attitude de ses profs.

Capture d'écran de l'article "mes profs n'ont pas su gérer quand j'ai été harcelée", illustré par une scène tirée de la série 13 Reasons Why, sur laquelle on voit une jeune fille marcher dans les couloirs d'un lycée, la tête baissée, et d'autres élèves la montrent du doigt et semblent se moquer d'elle.

Je sais bien que si tout le monde faisait comme moi, ce serait un cycle infini, mais c’est le chemin que j’ai décidé d’emprunter. C’était mon choix, une forme de justice morale. Et j’en retiens deux choses. Pour les harcelés : ne montrez pas vos points faibles, sinon ils vont continuer. Pour les harceleurs : la roue tourne.

Benoit, 20 ans, en formation, Marseille

Crédit photo Pexels // CC oswald yaw elsaboath

 

Si tu es victime de harcèlement scolaire

Tu n’es pas seul·e, et c’est important de te tourner vers des adultes qui t’écouteront et qui agiront pour que ça cesse.

→ Un·e adulte de ton établissement  (CPE, surveillant·e, prof, assistant·e social·e)

→ Un·e membre de ta famille

→ Un·e professionnel·le de santé  (médecin de famille, psy, infirmier·e scolaire)

→ Le 3020 (numéro gratuit, du lundi au vendredi de 9 heures à 20 heures, le samedi de 9 heures à 18 heures)

→ Le 3018 (numéro gratuit et anonyme pour les victimes de cyberharcèlement, mêmes horaires que le 3020)

 

Partager

Commenter