Inaya M. 23/09/2022

Mes poils ne me complexent plus

tags :

Se raser, s’épiler ou tout laisser ? Entre complexes et injonctions, Inaya a fini par trancher : elle va arrêter de se prendre la tête.

Je suis Marocaine, brune, et je suis très poilue. Pendant de longues années, j’ai été complexée par mes poils. Aujourd’hui, ça va mieux.

Dans mon groupe d’amies, j’étais la seule poilue. Toutes mes potes avaient une peau toute douce, donc je me comparais encore plus à elles. J’ai commencé à complexer vers 10-11 ans : je n’osais pas porter de shorts, jupes, débardeurs… Mais je portais de longues robes, où on voyait un petit peu en haut de la cheville.

Depuis le CM2, dès que je portais des t-shirts en été ou qu’on allait à la piscine, il y avait ce groupe de mecs dans ma classe qui se moquait de moi, et ça a duré jusqu’au collège. Il y a encore des idiots qui se foutent de moi aujourd’hui, mais ça ne me fait plus rien. 

Faites jamais ça, les meufs !

On me surnommait « le loup-garou », ou on me disait : « Ses bras, c’est la forêt amazonienne. » Et, franchement, ça m’a énormément complexée. Jusqu’au jour où j’ai décidé de m’épiler au rasoir. J’étais en cinquième, je venais de sortir des cours. Direction le Monoprix. En rentrant chez moi, je suis partie sous la douche, j’ai mis du gel douche pour que ça glisse sur ma peau et je me suis rasée. La pire erreur de ma vie. Faites jamais ça, les meufs ! Sur le coup, j’avais la peau toute douce, j’ai kiffé ma vie, et puis ça a repoussé deux fois plus…

Auparavant, je n’avais jamais pensé à me raser. J’avais déjà vu ma mère le faire donc je savais comment m’y prendre. Elle ne m’a pas appris parce qu’elle ne voulait pas que je le fasse à mon âge ! J’étais trop jeune et je ne savais pas bien faire. Je me suis même ouverte une fois. Du coup, j’ai décidé de le faire à la crème épilatoire, mais ça a quand même repoussé, et la repousse est vraiment horrible. Les poils sont beaucoup plus foncés, plus épais…

J’ai donc laissé mes poils tranquilles. C’est naturel et ce n’est pas sale, contrairement à ce que pensent les gens. Maintenant, ça ne me fait plus rien, je me suis acceptée, et c’est loin d’être mon complexe. 

L’épilation avec YouTube et ma mère

Par contre, en été, quand je vais à la plage ou à la piscine au Maroc, je m’épile quand même les jambes à la cire. Ma mère est complètement d’accord, je n’ai plus à le faire en cachette. On a même regardé des tutos sur YouTube ensemble, parce qu’elle non plus ne l’avait jamais fait. Ma mère me l’a fait, et moi, je lui ai fait. D’ailleurs, ces tutos nous ont permis de nous rapprocher. Ils m’ont aussi appris que la crème dépilatoire et le rasoir sont très mauvais, grâce à des influenceuses sur TikTok comme Rose Lucy

Avant, Emmanuelle ne laissait aucun poil dépasser. Depuis qu’elle a arrêté de s’épiler, elle doit gérer le regard des autres.

Capture d'écran d'un autre article de la ZEP, on voit une femme avec les bras levés qui n'est pas épilé. Elle a un débardeur blanc.

Les filles, si vous voulez retirer vos poils, faites-le pour vous et pas pour quelqu’un ou pour les gens qui se foutent de vous. Acceptez-vous comme vous êtes, vous êtes toutes belles !

Et pourquoi ne pas en parler en cours d’SVT ? Même si je pense que ça ne va jamais se faire. En même temps, le prof de SVT, je ne veux pas le voir parler de ça… Mais, si une fille a honte d’en parler à ses parents, ce serait bien qu’elle ait quelqu’un vers qui se tourner, parce qu’on passe toutes par là à cet âge !

Inaya, 14 ans, collégienne, Paris

Crédit photo Pexels // CC Tima Miroshnichenko

 

Parlons poils

57 % des Français·es sont dérangé·es à la vue d’une femme qui a les aisselles poilues. Ces mêmes poils sur un homme n’en dérangent que 15 %

→ en réalité, les poils sous les aisselles participent au bon fonctionnement du corps en régulant sa température et en retenant la transpiration.

Dans le livre Parlons poils, les journalistes Juliette Lenrouilly et Léa Taieb déconstruisent les clichés sur le poil et les injonctions qui pèsent sur les femmes.

Partager

Commenter