Drazick 23/11/2021

Sans pass sanitaire, ma famille dans l’impasse

tags :

Drazick et ses parents ont décidé de ne pas se faire vacciner. Sans pass sanitaire, sa mère risque de perdre son emploi. Lui craint la mise en place de nouvelles restrictions.

Ma mère est cantinière. Si elle veut continuer à travailler, elle n’a pas d’autre choix que de se faire vacciner. C’est son patron qui lui a dit ça. Il est venu la voir et lui a dit clairement, et de manière un peu agressive, qu’elle devait le faire pour continuer à exercer son métier. Sinon, elle serait virée et se retrouverait au chômage du jour au lendemain.

Le problème, c’est que ma mère ne veut pas se faire injecter le vaccin car elle ne connaît pas tous ses composants. Elle ne veut pas recevoir les deux doses parce qu’elle estime qu’il n’est pas sûr à 100 % et qu’il ne nous garantit pas que ça va nous débarrasser du Covid-19. Pour l’instant, elle continue d’exercer son métier mais sur le contrat d’une autre personne. Une personne qui est en arrêt maladie. Comme ma mère fait bien son boulot, elle est indispensable. Son patron est donc obligé de la garder pour l’instant. Ce qui lui permet de rester sur les mêmes horaires et les mêmes tâches qu’habituellement.

C’est comme si elle vivait avec une épée de Damoclès sur la tête. Si sa collègue revient, je ne sais pas ce qui se passera mais je crains qu’elle ne se fasse « virer ».

Plus libres de faire quelque chose sans pass sanitaire

Mon père, qui est fonctionnaire, n’a pas à vivre avec ce stress. Il n’a pas à se faire vacciner car on ne l’impose pas à son travail. Et heureusement, car il aurait refusé pour les mêmes raisons que ma mère. J’aurais donc pu avoir mes deux parents au chômage. Si ça arrive, les conséquences seraient désastreuses et je ne sais pas ce qui arrivera. Pour l’instant, ce n’est pas le cas mais j’ai peur que ça arrive. C’est quelque chose qui les inquiète. Parfois, quand on regarde les informations à la télé et qu’il y a un sujet qui passe sur le Covid, on en discute tous ensemble.

Tout comme mes parents, ni moi ni mes petits frères et sœurs, âgés de 12, 8 et 6 ans, ne sommes vaccinés. Je ne comprends pas comment les laboratoires ont réussi à sortir un vaccin en un an alors qu’en temps normal, il faut environ sept à dix ans. Pour moi, la seule utilité du pass sanitaire, c’est de réduire les libertés des Français. Nous ne sommes plus libres de faire quelque chose sans pass, donc la liberté a perdu de sa valeur. Par exemple, on perd le droit de se déplacer librement, de pratiquer des loisirs quels qu’ils soient. Du coup, je ne peux plus rien faire sans me faire tester et ça me pénalise pour les sorties au théâtre par exemple. Nous ne sommes plus libres d’aller où on veut.

Avec les cotons-tiges, mon nez c’est de la compote

Dès que j’ai envie de sortir avec des amis, manger dans un resto ou faire des loisirs où on a besoin du test, comme le bowling, je suis obligé de faire un antigénique. Le truc, c’est que je fais plein de choses, comme du karaté full contact deux fois par semaine, le lundi et le mercredi. Pour pouvoir y aller, je dois faire environ deux à trois tests par semaine. J’ai l’impression qu’à force de faire passer des cotons-tiges dans mon nez, bientôt il ne ressemblera plus qu’à de la compote. Les tests sont payants pour les plus de 18 ans, cela ne change donc rien pour moi pour l’instant. Mes parents et je ne sais pour quelle raison n’ont pas besoin de test, donc ça va.

Le Covid a également changé le mode de vie de Charlie. Elle n’est plus du tout attirée par les soirées en club rythmées par la foule et l’alcool.

C’est un sujet que je n’aime pas trop aborder avec les autres, avec mes amis ou mes camarades de classe. Ils s’en moquent car ils sont vaccinés, ce qui leur permet de tout faire. Il m’arrive de demander aux autres comment ça se passe dans leur famille pour « comparer » ma vie de non-vacciné et la leur.

J’ai peur pour l’avenir. J’ai peur que l’on perde d’autres libertés, comme la liberté de ne pas se faire vacciner. J’y ai pensé, j’ai imaginé que je ne pouvais plus rien faire. Ça m’a effrayé mais ça ne m’a pas fait changer d’avis sur le sujet.

Drazick, 15ans, lycéen, Loon-Plage  

Crédit photo Unsplash // @Mat Napo

 

La vaccination des adolescent·e·s

Un quart des adolescent·e·s ne sont pas vacciné·e·s

À l’heure actuelle, 75 % des 12–17 ans sont totalement vacciné·e·s, et 3 % d’entre elles et eux ont reçu leur première dose. Depuis le 30 septembre, le pass sanitaire est obligatoire à partir de 12 ans pour accéder à la plupart des activités.

Les moins de 16 ans dépendent de leurs parents

Les adolescent·e·s de 12 à 15 ans sont soumis·e·s au pass sanitaire, mais ils et elles ne peuvent pas prendre la décision de se faire vacciner seul·e·s, et sont donc obligé·e·s de se ranger derrière l’opinion de leurs parents. L’accord parental n’est en revanche plus obligatoire à partir de 16 ans.

Les élèves non vacciné·e·s peuvent être mis·e·s en quarantaine

Les élèves de plus de 12 ans qui seraient cas contact sont exempté·e·s de quarantaine, sauf s’ils et elles ne sont pas vacciné·e·s. Dans ce cas, ils et elles doivent suivre les cours à distance pendant sept jours.

Partager

Commenter