Vic K. 18/11/2022

Des traumatismes impossibles à oublier

tags :

Depuis qu'elle a été agressée sexuellement, Vic a des idées noires. Des souvenirs traumatisant qui la hantent encore aujourd'hui.

Tout a commencé à 12 ans, lors de ma première relation. J’étais jeune, je ne savais pas trop dans quoi je m’embarquais. Je sortais avec un garçon bien plus grand, il avait 15 ans. Je ne voulais pas avoir de rapport, je voulais me préserver. En plus, je ne savais pas vraiment ce que c’était les relations sexuelles, ni comment on faisait.

Un an plus tard a eu lieu le premier traumatisme. On est partis en vacances ensemble, car nos parents étaient meilleurs amis. Un matin, je me réveille et il n’y a que nous deux dans la maison, tout le monde est en promenade. Je vais à la douche sans fermer la porte à clé. Il entre et commence à me toucher les parties intimes.

Je lui dis d’arrêter, que je n’ai vraiment pas envie. Mais il s’énerve contre moi et me hurle dessus. Quand je me mets à pleurer, il me sort de la douche et me frappe. Après ça, je me suis dit que ce n’était qu’une mauvaise phase, et qu’il n’allait plus recommencer. Mais, au final, ça a continué.

Je serrais fort les jambes, je tremblais

Ça faisait presque trois ans qu’on était ensemble. Seulement, un jour, il m’a trompée. Alors, ça s’est fini. J’avais perdu toute confiance en moi. J’avais peur de partir en vacances avec ma famille car je savais qu’on allait se revoir. Je n’avais pas le choix de les suivre, alors ça s’est reproduit.

Deux ans après, j’ai vécu un nouveau traumatisme. J’ai été victime d’attouchements, à l’école cette fois-ci. Je n’avais plus confiance en personne, j’avais peur d’avoir des rapports et j’avais des idées noires tous les soirs.

Un peu plus tard, j’ai rencontré un garçon qui m’a énormément aidée. À chaque fois que je serrais fort les jambes ou que je tremblais, il me collait à lui et me disait que tout allait bien. Il a pris son temps. D’ailleurs, c’est encore mon copain actuel. J’ai réussi à m’ouvrir à lui, mais j’ai encore beaucoup de blocages. Je fais des cauchemars où je revis les scènes en boucle. J’espère m’en sortir.

Vic, 17 ans, lycéenne, Rambouillet

Partager

Commenter