Joséphine G. 11/01/2021

Famille gitane : les hommes ont tous les droits

tags :

Joséphine a grandi dans une communauté gitane où les femmes doivent rester à la maison. Aujourd’hui, ça la révolte.

Je suis d’origine gitane tunisienne. Nous sommes originaires de Tunisie mais nous sommes des gitans d’Andalousie, au sud de l’Espagne. Nous sommes sédentaires depuis quatre générations. En Tunisie, ma grand-mère gagnait son argent en vendant des tissus. Après, elle a traversé la mer Méditerranée pour la « terre promise » : la France. Mais la vérité, c’est que ma grand-mère était une femme qui a passé sa vie à s’occuper de son mari et de ses neuf enfants. Voilà pourquoi, de ce que j’ai vu, la femme gitane est pour moi inférieure à l’homme.

Déjà, la femme gitane est soumise à plusieurs règles. Premièrement, une femme gitane doit être serviable, gentille, polie et surtout, obéissante. Chez nous, les femmes et les hommes ne mangent pas à la même table, les femmes n’ont pas le droit, non plus, de fumer devant les hommes. L’homme est le roi, il a le droit d’étudier, d’avoir une vie sociale, amoureuse et sexuelle. Il a le droit de s’exprimer librement, de fumer et de boire, bref, il est libre !

La femme doit être bonne épouse, et l’homme ?

Pendant ce temps, j’ai vu les hommes enfermer les jeunes filles. Quand j’étais adolescente, on n’avait pas le droit de faire du shopping ou de manger une glace en ville car c’était mal vu. J’ai même une cousine qui a arrêté ses études parce qu’il y avait trop d’hommes dans son lycée. Un jour, j’étais avec un jeune couple de ma famille (ils avaient entre 21 et 22 ans) et à la fin de notre repas, ma cousine a demandé un coup de main à son mari pour débarrasser la table. Mais il lui a répondu, dans le plus grand des calmes : « Je ne suis pas une femme. » C’était sa manière de dire non !

De mon point de vue, je trouve ça choquant la manière dont les gitans que j’ai vu utilisent la femme. Il y a beaucoup d’hommes qui frappent leurs femmes parce que pour eux, ils sont dans leur droit. Et ces femmes sont livrées à elles-mêmes. Car depuis très jeunes, on leur apprend à être de « bonnes femmes ». Mais on n’apprend pas aux jeunes hommes à être de bons maris, ou tout simplement à respecter la femme.

Tu ne choisis pas ta vie : on la choisit pour toi

Toute ma vie, j’ai entendu ce discours :

« Tu ne peux pas dire ça, tu es une femme.

Tu ne peux pas faire ça, tu es une femme.

Tu ne peux pas mettre ça, tu es une femme.

Tu ne peux pas étudier, tu dois rester à la maison pour t’occuper de la maison.

Tu ne peux pas avoir de vie amoureuse, ni de vie sociale, ni sexuelle.

En fait, tu ne choisis pas ta vie : on la choisit pour toi. »

Je ne dirais pas que je suis féministe. Mais pour moi, la femme n’est pas inférieure à l’homme. Et les femmes gitanes que j’ai connues, ce sont carrément des guerrières. Moi, aujourd’hui, j’ai décidé d’être libre. Je bois, je fume, je vis ma vie à fond.

 

Joséphine, 21 ans, volontaire, Marseille

Partager

Commenter