Yaniss F. 19/02/2021

1/2 C’est pas les bâtiments qui font la cité

tags :

Le bleu des flics ou celui du lac. Observer le trafic dans les tours ou les voir tomber. Aimer son quartier ou le quitter. Habiter en cité c’est vivre avec ses contradictions. Karim et Yaniss ont grandi au Gros Saule, un quartier d’Aulnay-sous-Bois. Une cité haute en couleurs qu’ils décrivent avec passion malgré les violences qui imprègnent leur quotidien.

Elle est haute en couleurs, ma cité. Des immeubles entassés les uns à côté des autres, en forme de U, et des bâtiments orange et blancs moisis. C’est un quartier excentré d’Aulnay : on l’appelle le Gros Saule, pourtant il n’y a rien de vert là-bas à part les produits illicites que ça vend sur la grande ligne du Schweitzer. Après, faut pas se fier aux immeubles. Comme on dit chez nous : « C’est pas les bâtiments qui font la cité, c’est les gens qui y habitent. »

Les guetteurs, avec leurs ensembles noirs, sont capuchés, postichés, à l’affût des keufs. Ils lancent des « PUUU !!! ». C’est le cri d’alerte. Pour ma part, j’traîne pas trop là-bas. J’suis plus côté nord, vers le terrain bleu. Un terrain en béton qui nous sert de stade de foot mais qui se dégrade d’année en année. Il est tout près des rails du RER B. Quand j’me rends là-bas, j’ai une chance sur deux de me faire contrôler en sortant de chez moi par la BST (brigade spécialisée de terrain). J’les reconnais à leur gros camion blanc et bleu. Ils sont constamment là, à mettre la pression…

Mon sac bleu, ma chicha rose et son tuyau Marrakech noir

Bref, quand j’ai du temps libre, j’vais chercher un sac Carrefour bleu dans un local. Dedans, il y a ma chicha rose et son tuyau Marrakech noir. Pour aller au terrain, j’dois passer par derrière chez moi avec la fenêtre qui rend sur le chemin où je passe… Chaud ! J’dois taper une tesvi [vitesse, ndlr.] parce que ma daronne, elle ne sait pas que je chiche. J’passe sur un chemin rempli de terre et d’arbres. Une fois arrivé, j’prépare ma chicha et là, il y a tout le monde qui gratte une taff… Une chicha pour cinq, ça ne le fait pas. Mais bon, j’les laisse tirer, c’est les potos. Ce terrain, c’est le seul endroit où j’peux tout faire. On s’y retrouve après les cours. C’est très calme, entre l’hôpital et les rails du train.

Le média indépendant L’écho des Banlieues documente la vie dans les quartiers populaires « de l’intérieur ». Entre photos intimistes, reportages et clips de rap, le média offre une autre représentation de la vie en cité, sans adoucir ou assombrir la réalité.

 

Une fois terminée, j’vais la chéca [cacher, ndlr.], ma chicha. J’passe par la TRG, une grande place avec des mini bosses partout. J’passe à la boulange prendre une torsade au chocolat et j’rentre chez moi. J’prends par la ligne des Schweit’. Encore tout le monde qui s’y fait contrôler…

Le Gros Saule d’Aulnay, c’est un quartier oublié

Ça essaie de s’en sortir même s’ils ont fait tomber les tours. J’m’en souviens encore de celles-là. Deux grandes tours jumelles collées, orange et blanche. C’est ce qui représentait le plus le Gros Saule avant. Dans la première tour, on trouvait surtout de la Hasch et du shit. La seconde, c’était réservé à l’héro et la coke. Malheureusement, ça rapportait tellement qu’ils ont décidé de les détruire pour faire un terrain de foot, toujours en construction. On ne voit que les cages pour l’instant et on attend tous qu’ils le terminent, ce terrain.

Depuis, le Gros Saule, c’est un quartier oublié, comme un arbre qui perd ses feuilles. On passe devant sans le voir et sans remarquer tous les artistes qui vivent dedans.

 

Yaniss, 15 ans, lycéen, Aulnay-sous-Bois

Crédit photo Pexels // CC Tomé Louro

Partager

2 réactions

  1. […] Sur le site la-zep.fr-zep.fr, Yannis parle de sa vie dans le qurtier du Gros Saule, extraits: […]

  2. Incroyable bravo

Voir tous les commentaires

Commenter