Loukas A. 20/10/2021

Mes parents paient mon lycée et ça me coûte

tags :

Les parents de Loukas se sacrifient afin qu’il puisse avoir accès à ce qu'ils n’ont pas connu : une éducation de qualité dans un lycée privé.

Chaque matin en me levant, je me plains de partir en cours, alors que ma mère aurait aimé avoir le même apprentissage que moi. Depuis petit, mes parents me répètent sans cesse qu’ils se démènent en me mettant dans des établissements privés.

Ils ont dû se battre afin de grandir seuls. Mes grands-parents ne leur faisaient jamais cette morale. Ils travaillaient tout le temps et ne pouvaient jamais s’occuper de mes parents.

Ils m’ont toujours dit qu’ils m’enviaient d’aller à l’école, car ils n’ont jamais eu cette chance. Mon père a arrêté l’école très tôt et s’est reconverti en tant que peintre en bâtiment. Tandis que ma mère a pu étudier mais très peu, jusqu’au lycée. Elle a dû arrêter pour travailler avec ma grand-mère, à l’âge de 16 ans, dans l’entreprise familiale.

2 000 euros l’année, ça pèse sur leurs économies

Ils me sortent souvent que c’est un plaisir, qu’il faut y aller avec le sourire… Sauf qu’ils n’ont vécu que les meilleurs moments de l’école et ne savent pas vraiment ce que je vis.

Ils·elles sont journalistes, écrivaines, politicien·ne·s ; leurs parents ouvriers, aides-soignantes, agent·e·s de restauration scolaire. Dans l’enquête « Et tes parents, ils font quoi ? », Adrien Naselli interroge des personnalités ayant quitté leur milieu social d’origine grâce aux études. Invité chez France Inter, le journaliste raconte sa démarche.

Mon frère a réussi, lui, avec beaucoup de problèmes familiaux, à faire beaucoup d’études. C’est devenu mon modèle. Je me suis toujours promis de lui ressembler afin de bien réussir ma vie. Plus tard, je compte bien essayer de reprendre l’entreprise familiale de nettoyage des entreprises et des marchés… C’est un travail que je ferais de mon plein gré et surtout avec cœur.
Je vois bien qu’ils peinent à me payer cette éducation. C’est à peu près 2 000 euros l’année et ça pèse sur leurs économies. Ils me font souvent la morale pour que je travaille, pour avoir un métier avec des revenus confortables.

Je compte leur renvoyer la pareille

Je ne sais pas quoi en penser. Est-ce que je dois me réjouir d’aller apprendre ? Est-ce que je devrais avoir de supers notes afin de les rendre fiers ? Ou bien dois-je m’inquiéter pour eux, même si je suis reconnaissant en voyant tout ce qu’ils font pour moi ?

Scolarisé dans un lycée privé où l’excellence est la norme, Henri se sent sous pression. Pédagogie dense, discipline stricte… À quoi servent toutes ces règles ?

Un jeune garçon noir de profil, assis à un bureau, en train de se servir d'un ordinateur portable.

Je compte leur renvoyer la pareille pour montrer qu’ils n’ont pas fait tout ça pour rien. J’aimerais qu’ils se disent que c’est bon, qu’ils ne sont plus obligés de s’occuper de moi, de s’inquiéter pour moi surtout.

Grâce à leurs sacrifices, leur compagnie et leur soutien pour aller à l’école, ils me font le plus grand bien. Ça ne m’affecte pas dans ma vie amicale, mais dans mes hobbies… Et je compte bien faire comme eux, donner tout ce que j’ai pour rendre heureux mes enfants… Mes parents sont très courageux.

 

Loukas, 16 ans, lycéen, Paris

Crédit photo Unsplash // CC Akram Huseyn 

Partager

Commenter