Lisa D. 11/01/2021

Major de promo, je n’osais pas me réorienter

tags :

J'ai passé trois ans à me convaincre que mes études de psycho étaient faites pour moi car j'avais de très bonnes notes. Arrivée en master, impossible de rester dans le déni.

Septembre 2020, je me retrouve contre toute attente sélectionnée dans plusieurs masters de neuropsychologie à travers la France. Je décide de m’inscrire à celui qui me permet de rester le plus proche de chez moi. J’entreprends toutes les démarches administratives, je cherche un logement, je déménage, je commence mes études, persuadée de pouvoir continuer sur ma lancée. Seulement, un master n’est pas une licence. C’est plus de travail, d’investissement personnel, c’est une recherche intensive de stages, l’engagement dans un projet d’étude, des lectures, de l’acharnement.

Face à tout cela, je réalise que je ne peux plus faire semblant et me laisser porter comme je le faisais auparavant. L’objectif désormais, c’est de se former à l’exercice d’un vrai métier : celui de neuropsychologue. Et je ne suis pas sûre que ce soit fait pour moi.

Il y a ceux qui ont une vocation, et puis les autres

J’ai toujours eu l’impression que le monde abrite deux catégories distinctes d’individus : ceux qui savent ce qu’ils font de leur vie, qui ont une vocation, un projet inné ; et puis les autres. Ceux qui ne savent pas, qui s’imaginent partout et nulle part à la fois. Ceux qui touchent à tout parce qu’ils n’ont aucun domaine de prédilection. Je fais partie de ces gens-là.

Mon orientation a toujours été un vecteur d’angoisses, de questionnements à n’en plus finir, mais aussi de frustrations. Toute ma vie, mes résultats scolaires ont été excellents. Mes parents ont toujours été fiers, mes profs m’ont toujours félicitée et souligné mes qualités. J’ai toujours été la première de la classe, réussi mes examens, récolté de bons résultats, raflé des mentions sur mes diplômes. Et pourtant, je ne sais pas quoi faire de tout ça.

« Flash Talk », l’émission citoyenne de France.tv, s’interroge sur la pression des études. Au milieu de la cité des sciences de Paris, étudiant.e.s, professeur.e.s et citoyen.ne.s de tous horizons racontent l’angoisse de l’orientation scolaire.

 

Sans cesse envahie par un sentiment d’illégitimité, je m’imagine exercer des dizaines de métiers aussi éloignés les uns que les autres, sans jamais pouvoir en choisir un. Alors comme des centaines d’étudiants avant moi, je me suis trompée. Plusieurs fois même.

Après une première étape en PACES [première année commune aux études de santé, remplacée par la PASS et la L.AS] où les cours, dispensés sur DVD, me plongent dans une profonde solitude, je décide de laisser tomber au bout de deux semaines. Non pas déterminée à faire de mes études une voie vers un avenir professionnel mais plutôt à profiter de ma vie étudiante, je me redirige immédiatement vers mon second choix d’orientation post-bac : une licence de psychologie. J’y retrouve une de mes amies, et je découvre le confort et la liberté de la fac. Les cours sont intéressants et pas trop complexes, ils sont peu contraignants et pas obligatoires. La plupart ressemblent à des conférences où il me suffit de prendre des notes, que je retravaille ensuite à la bibliothèque universitaire. Assise sur les bancs de l’amphi, noyée parmi 800 personnes, je fais partie d’un tout : la population des « étudiants ». Mon quotidien est fait d’allers-retours entre le campus, qui me permet de voir du monde et de me sentir intégrée, et le cocon familial où je peux me reposer, éloignée de l’agitation.

Après trois ans d’études, j’étais condamnée à poursuivre dans cette voie

Tout cela me laisse largement le temps de profiter de la ville, de mes amis, de faire toutes les activités et les sorties dont j’ai envie, sans trop travailler. Bref, tout va bien, je me laisse ainsi porter par la vie durant trois ans, sans jamais me poser plus de questions que ça. Pourtant, je sais au fond de moi que cette licence ne me mènera à rien. Je n’ai aucun projet dans le domaine, je ne me vois pas psy. Mais comme je n’ai rien d’autre et que je m’y sens bien, j’y reste. Sauf que plus le temps passe et plus les projets mûrissent autour de moi. Mes amies découvrent les unes après les autres les intérêts qui sont les leurs, de quoi sera fait leur futur. Sauf moi.

Alors pour faire comme tout le monde, pour ne pas avoir l’air ridicule, je m’invente un projet. Alors que mes parents me demandaient régulièrement vers quoi me mènerait une licence de psycho, si elle me serait vraiment utile pour « avoir un métier », je répondais que c’était un domaine très large qui ouvrait de nombreuses portes, sans moi-même avoir la moindre idée de celle vers laquelle je souhaitais me diriger. Pour eux, choisir une voie d’études revenait à sceller son avenir, irrévocablement. Ayant intériorisé cette vision des choses, j’étais persuadée qu’après avoir fait trois ans d’études, je m’étais condamnée à poursuivre dans cette voie. Je n’envisageais même pas la possibilité de me réorienter.

À cela se sont ajoutés la culpabilité et le poids que représentait le statut de major de promo. Comment expliquer de tels résultats, et en même temps avouer qu’on ne souhaite rien en faire ? À la fois fière et honteuse, je ne me sentais pas digne d’occuper cette première place. En inventant quelque chose, je pouvais me justifier.

Dans son podcast Le rebond, Élodie Contino partage ses conversations, inspirations et apprentissages autour de la réorientation professionnelle. Dans cet épisode, la jeune femme s’appuie sur quatre TED Talks pour traiter de l’art de se tromper et de rebondir.

Je choisis donc la neuropsychologie. Je sais très bien, même si je refuse de l’admettre à ce moment-là, que ce projet n’est pas le mien, que je me force à en avoir envie mais que jamais je n’ai rêvé de devenir neuropsychologue. Je me suis auto-convaincue.

Pourtant, je refuse toujours d’accepter cette réalité, d’admettre que je me suis trompée de voie, que je ne suis pas à ma place ici. Sans jamais faire l’effort de prendre le recul nécessaire et d’explorer les possibilités qui s’offrent à moi en dehors du domaine dans lequel je me suis engagée, je fonce tête baissée.

J’accepte de m’être trompée, de ne pas savoir où je vais

Ce n’est que lorsque je me retrouve confrontée à l’écriture de lettres de motivation pour la sélection en master que je réalise que ma motivation n’est pas la bonne. Je me rends compte, en plein confinement, que je suis ce parcours par paresse, par manque de courage et surtout par peur. Mes choix d’orientation ont moins été influencés par mes envies et mes intérêts que par mon besoin de suivre la masse, de rester dans ma zone de confort et de me conformer à ce qu’on attendait de moi.

Inévitablement, en master,je me retrouve dos au mur. Je ne peux plus faire croire que j’ai un projet, alors que tout montre que je n’y crois pas. Je suis incapable d’envoyer la moindre demande de stage, bloquée par le sentiment d’illégitimité, l’impression de mentir sur mes intentions, d’être une imposteure. Le second confinement ayant anéanti le peu de motivation qu’il me restait pour suivre les cours à distance, je les abandonne petit à petit, découragée par la réalité accablante de mon manque d’intérêt. La décision de quitter cette formation n’est donc plus une option, elle devient ma seule échappatoire.

Aurélie a su très tôt qu’elle voulait travailler dans l’événementiel. Même si ses parents et le personnel éducatif n’ont pas cru en son projet professionnel, elle ne s’est pas laissée décourager.

Il m’aura fallu trois ans d’études, une sélection en master, un changement de ville, et un déménagement, avant d’enfin décider d’arrêter de me voiler la face, de me forcer à lever les mensonges que je m’imposais à moi-même. Je décide non seulement d’accepter de m’être trompée, mais aussi de reconnaître que je ne sais pas où je vais, que je n’ai pas d’avenir tout tracé ni de vocation innée.

Soulagée de pouvoir me libérer de ce poids qui entrave mes choix depuis des années, je décide maintenant de m’accorder le temps nécessaire pour mûrir ma réflexion et construire un projet non seulement en adéquation avec mes capacités, mais aussi avec mes envies. C’est dur, quand on a validé toutes ses années d’études avec une mention « très bien », quand on a fait croire à tout le monde qu’on savait où on allait, de reconnaître que l’on a menti. À soi-même et aux autres. C’est dur de faire face à ce qu’on refoule depuis des années. Pourtant, c’est nécessaire pour avancer.

 

Lisa, 21 ans, étudiante, Grenoble

Crédit photo Unsplash // CC Siora Photography

Partager

2 réactions

  1. Bravo, c’est du temps de gagné pour votre avenir. Il est positif de s’écouter pour devenir ce que l’on est vraiment.
    Bénédicte. 61 ans

  2. Pas de panique, j’ai changé de voie après un master bien validé, une année de service civique et une année de petits boulots et c’est okay et c’est possible 🙂 ! On a besoin de temps pour avancer !

Voir tous les commentaires

Commenter